Alexandre Duret-Lutz / CC / http://bit.ly/f6K6I4

Préparer une fiche pédagogique, c’est une chose que chacun de nous  — enseignants de français langue étrangère — a l’habitude de faire. Je voudrais cependant présenter dans cet article quelques outils et conseils utiles dans la préparation d’une fiche de FLE, ainsi  que des pistes pour utiliser efficacement des documents authentiques en classe.

Pour préparer un cours de français, on a bien sûr des manuels, des guides pédagogiques… mais aussi notre propre créativité ! Inventer de nouvelles activités et les rédiger sous forme de fiche pédagogique exige un peu de travail au départ, mais cela permet :

  1. d’être sûr que sa séquence pédagogique est correctement planifiée et organisée,
  2. de maintenir l’intérêt et la motivation des élèves,
  3. de se constituer une base d’activités réutilisables au fil des années,
  4. de partager ses activités avec celles des collègues… et de profiter en échange de leur travail.

Voici donc un modèle de fiche pédagogique pour le FLE, un canevas qui pourra vous servir de base à la création d’une fiche de FLE, en vous aidant des commentaires ci-dessous. N’hésitez pas ensuite à partager vos fiches pédagogiques sur francuski.fr !

Enfin vous pouvez également vous inspirer du kit pédagogique d’utilisation des documents audiovisuels réalisé par TV5MONDE, RFI, le CLEMI et le MAEE…

Titre  de la séquence

Si vous souhaitez partager votre fiche pédagogique, un titre explicite permettra aux autres professeurs d’identifier immédiatement le contenu de votre cours.

Ex : Découvrir la Belgique à travers la bande dessinée, Rédiger une lettre de motivation, Faire ses courses au supermarché

A éviter : Conjuguer le verbe être au passé composé n’est pas un thème de séquence, La Provence n’est pas très explicite…

Type de public

On peut indiquer le niveau scolaire, l’âge des élèves (enfants, jeunes, adultes…). De cela dépend le choix des textes, des exercices et la façon de présenter le contenu.

Niveau des apprenants

Le plus simple est d’utiliser les niveaux du CECR (A1, A2, B1, etc.)

Objectifs du cours

La définition des objectifs est la partie la plus importante. Pour éviter de se tromper, il faut bien différencier les différents types de compétences et connaissances que vous souhaitez faire acquérir à vos élèves.

  • connaissances socio-culturelles : en apprenant le français, les élèves vont ainsi découvrir les cultures, les traditions, les normes sociales des pays francophones : la vie à Haïti, les spécialités régionales suisses, la laïcité en France, etc.
  • Compétences communicatives et fonctionnelles : ce sont les savoir-faire que l’on veut faire acquérir aux élèves. Ils répondent à la question : « Aujourd’hui mes élèves vont apprendre à parler français pour :
    rechercher des informations sur Internet,  rédiger un CV, écrire une lettre d’amour », etc.
  • Compétences langagières : compréhension orale, compréhension écrite, expression orale, expression écrite, médiation, interaction (Vous reconnaissez ici les compétences du CECRL…)
  • connaissances linguistiques : on peut détailler ici les matériaux linguistiques que les élèves vont utiliser et apprendre pendant cette séquence : le vocabulaire (champ lexical de l’entreprise, les couleurs…), la grammaire (le passé composé, les adverbes en « -ment »…), les actes de paroles (décrire, comparer, saluer, donner son avis, présenter les causes et les conséquences…)

Attention, il n’est pas nécessaire de traiter systématiquement la totalité de ces compétences, le plus important étant la cohérence globale de la séquence pédagogique. Selon le thème et les objectifs que vous vous êtes fixés, votre fiche sera davantage axée sur les aspects socio-culturels, fonctionnels ou linguistiques…

Durée de la séquence

Une séquence pédagogique se découpe :

  • en plusieurs étapes méthodologiques (par exemple : introduction, travail individuel, travail collectif, retour aux objectifs),
  • en plusieurs séances chronologiques (par exemple : 2 fois 45 minutes de travail en classe, 1 fois 45 minutes en salle informatique et deux « séances » de travail à la maison).

Toute la difficulté consiste à faire coïncider les étapes méthodologiques avec le temps disponible pour le cours… et je sais bien que ce n’est pas toujours possible : il peut toujours arriver quelque chose d’inattendu, quelque chose qui va nous prendre plus de temps que prévu.

Dans ce cas là, une leçon bien préparée doit permettre de distinguer les objectifs  les plus importants, sur lesquels il faut travailler en priorité, et ceux que l’on pourra abandonner faute de temps.

Méthodes et techniques de travail

Le choix des activités proposées aux élèves dépend des objectifs que l’on s’est fixé pour sa séquence pédagogique et ses différentes étapes. Par exemple, si on veut faire découvrir une belle chanson à des élèves et qu’on propose comme premier exercice de trouver tous les verbes au passé composé, les élèves ne vont pas beaucoup apprécier la chanson…

Mais de ce choix dépend aussi le dynamisme de la leçon. Voici quelques pistes pour éviter que les étudiants ne se mettent à regarder leur montre en attendant désespérément la fin de l’heure :

  • faire alterner travail individuel,  travail de groupe et  travail collectif,
  • varier les supports de cours en utilisant différents types de ressources authentiques (audio, vidéo, sites Internet, etc.) en plus des manuels,
  • varier la nature et les objectifs des activités, en faisant alterner des exercices linguistiques avec des activités d’expression, des jeux de rôles, des activités créatives…,
  • varier la difficulté des activités proposées, pour permettre aux élèves de se reposer et prendre confiance entre deux moments de travail plus intense.

Déroulement du cours

Il existe plusieurs façons d’organiser le déroulement d’une séquence pédagogique. Voici celle qui a ma préférence :

  1. Introduction
    Je découvre le thème de la leçon et mobilise mes connaissances existantes sur le sujet
  2. Travail individuel
    J’acquiers des connaissances, je découvre et j’apprends de nouvelles compétences
  3. Travail collectif
    Je partage mes connaissances acquises avec d’autres, j’écoute et j’apprends des autres. J’apprends à travailler en équipe: pour effectuer différentes tâches, des remue-méninges, des jeux, bref, pour communiquer en français !
  4. Retour aux objectifs
    J’évalue mes apprentissages et vérifie que j’ai bien compris les éléments nouveaux de la leçon.

Note de la rédaction : ce découpage axé sur le mode de travail des élèves est à mettre en lien avec le découpage « canonique » d’une séquence FLE, basé sur le mode d’accès aux contenus :

  1. sensibilisation au thème de la leçon,
  2. découverte et compréhension globale du document de travail,
  3. compréhension détaillée et  analyse des éléments nouveaux (linguistiques, culturels…)
  4. systématisation des nouveaux apprentissages (exercices linguistiques…)
  5. réemploi en contexte (tâches ouvertes, activités de production…)
  6. évaluation

Ces étapes appellent quelques remarques :

  • L’alternance entre travail collectif et individuel doit avoir lieu à chaque cours si possible.
  • Le résumé / retour aux objectifs est une étape importante pour l’élève comme pour le professeur. Il permet de vérifier (sous forme d’un court devoir par exemple) que les objectifs ont été atteints et d’envisager le cas échéant des exercices de remédiation pour les élèves ayant rencontré des difficultés.

Dans la fiche pédagogique il faut donc détailler pour chaque séance la suite d’activités proposées, en mentionnant pour chaque activité :

  • sa durée,
  • le mode de travail (seul / en groupe /toute la classe, en classe ou à la maison, etc.) et éventuellement le matériel nécessaire,
  • les consignes et supports donnés aux élèves.
    Selon les cas, il est parfois nécessaire de réaliser une fiche élève distincte, qui contienne les documents et consignes à distribuer directement aux élèves.

La prise de note dans le cahier de l’élève

Il y a encore une chose importante,  un cinquième élément (comme dans le film de Luc Besson…) : il s’agit de la façon dont les élèves prennent des notes dans leur cahier.

Le cahier de l’élève sera toujours pour lui le premier manuel de français ; il faut donc l’aider à prendre correctement des notes, en ménageant par exemple des temps où le professeur reprend avec les élèves les éléments importants du cours et les inscrit au tableau pour qu’ils soient ensuite notés. Une vérification ponctuelle du cahier des élèves permet souvent de trouver la trace des éléments mal compris par les élèves…

Ressources et supports didactiques

Ici on note la liste des documents utilisés (audio, vidéo, texte…) pendant la séquence et du matériel nécessaire à son utilisation (ordinateur, vidéo-projecteur, radio-cassette, connexion Internet, etc.). N’oubliez pas d’indiquer les sources de vos documents ; si vous utilisez un manuel, n’oubliez pas le numéro de la page.

Note de la rédaction : si vous publiez vos fiches sur francuski, faites bien attention au respect des droits d’auteur ; les scans de manuel par exemple sont à proscrire. Privilégiez des contenus présents sur Internet, et donnez simplement le lien exact vers ces ressources.

Je ne saurais trop vous encourager à utiliser des documents authentiques en classe de français ; ils permettent de mettre les élèves dans des situations proches de la réalité, reflètent la langue et la culture française contemporaine et se prêtent à une multitude d’activités pédagogiques.

Vous trouverez sur Franc-Parler de nombreux dossiers thématiques sur la façon d’utiliser la presse, le cinéma, la bande dessinée,… ainsi qu’un dossier consacré à la didactisation de documents authentiques.

Je suis moi-même un fan de l’utilisation de publicités  en classe de français. Qu’il s’agisse de spots vidéo ou de pages dans les journaux, les publicités ont de nombreux avantages :

  • elles sont facilement disponible (TV, journaux, Internet),
  • elles contiennent des textes brefs accompagnés d’images,
  • elles abordent de nombreux thèmes de la vie courante (la nourriture, le corps, la maison, la santé, les problèmes écologiques et sociaux…),
  • elles offrent des possibilités d’exploitation pédagogiques sans fin :
    on peut décrire ce que l’on voit (les personnages, les lieux, l’histoire), rechercher des éléments de grammaire (l’impératif, les comparatifs…), faire créer des slogans, des publicités par les élèves… En outre, la publicité est une mine de sujets pour les activités de production : création de dialogues, discussion sur des sujets sociaux…

Vous trouverez sur les sites Culturepub.fr, lespub.com, de nombreuses publicités à utiliser en classe…

Commentaires

Un cours n’est jamais complètement réussi dès le premier coup. Un espace libre pour les commentaires permet de noter rapidement ce qui bien et moins bien marché, et d’y revenir plus tard, au moment de réutiliser cette fiche par exemple.

Conclusion

Bien évidemment, la répétition est un élément primordial dans l’apprentissage des langues. Tout l’art du professeur consiste à susciter chez les élèves le désir de répéter, voire de le faire sans s’en rendre compte…

Varier les activités, trouver des documents authentiques qui intéressent les élèves, les surprennent, les fassent rire ou réagir,  favoriser la prise de parole, la communication  (y compris en langue maternelle, lorsque les élèves recherchent ensemble les réponses à une activité), proposer aux élèves de réaliser des tâches, des projets concrets,… autant de pistes à explorer pour (re)donner aux élèves le goût du français et prendre soi-même du plaisir pendant son cours.

Institut français de Pologne

VARSOVIE
ul. Widok 12
00-023 Warszawa
22 505 98 00
+ Nous écrire

CRACOVIE
ul. Stolarska 15
31-043 Kraków
12 424 53 50
+ Nous écrire

Partenaires:

Liens utiles