En plein milieu d’hiver, les traducteurs éclosent !

En abandonnant l’ancienne formule de « portes ouvertes », l’Institut d’Etudes romanes de Wrocław a lancé une nouvelle activité de promotion sous forme d’un concours de traduction pour les lycéens.

L’objectif du concours « Traducteur en herbe », qui a eu lieu le 13 décembre 2014, était celui d’inviter dans le beau siège de l’Institut (entièrement renové en 2010) les élèves passionnés par le langage, la littérature et la traduction, et de les confronter à un échantillon d’activités universitaires « philologiques » et « romanes », pratiquées dans les nouveaux programmes d’enseignement. Pendant 90 minutes, 53 lycéens wratislaviens ont lutté avec les difficultés d’un texte littéraire (en l’occurrence, un extrait de Comment j’ai appris à lire d’ Agnès Desarthe, Stock, Paris, 2013) qu’ils ont traduit en polonais en collaborant en équipes de 3 personnes. Pendant que le jury évaluait les résultats de leur travail, les élèves ont assisté à deux mini-conférences : la première sur les difficultés de l’activité professionnelle d’un traducteur assermenté et la seconde sur les erreurs de traduction, données, respectivement, par Regina Solová et Natalia Paprocka, ainsi qu’à un atelier de phonétique animé par Stefan Kaufman.

La concours a aussi permis d’impliquer l’activité des étudiants puisque le jury a été entièrement composé des étudiants de deuxième cycle (des deux filières : « Traduction et interprétariat » et « Philologue français dans un monde digital ») : Katarzyna Kowalska, Katarzyna Koshova, Magdalena Łachacz, Karolina Suchecka et Kamila Wysoczańska.

Le Grand Prix de la traduction a été décerné à une équipe du Lycée VIII de Wrocław composé de trois traducteurs «en herbe» : Magdalena Florczak, Zuzanna Marek et Aleksandra Ryglowska. Les organisateurs félicitent les vainqueurs du concours ainsi que les professeurs de lycées, Elżbieta Worobiec (Lycée VIII) et Jadwiga Listwan (Lycée XII), qui ont bien voulu collaborer à la préparation du concours, tout en espérant que la nouvelle formule de promotion deviendra tradition et que les études romanes attireront de nouveaux jeunes médiateurs culturels et linguistiques soucieux de la qualité de leur formation.

par Monika Grabowska


Liens utiles