Le Festival international de documentaires FIPADOC 2020

Ce Festival se déroulant fin janvier à Biarritz, accueille le jury des Jeunes Européens pour attribuer le prix dans la catégorie du même nom. 7 pays envoient leur représentant pour ce jury. L’Institut français de Pologne sélectionne le candidat polonais et prend en charge ses frais de voyage et d’inscription. Cette année, la Pologne a été représentée par Joanna Nowicka, lycéenne de la section bilingue francophone du lycée n°1 de Poznań « Marcinek ».
En 2020, le jury a attribué le prix au film « La cravate » de Étienne Chaillou et Mathias Théry.
https://www.fipadoc.com/fr/2020/selection/section/film/?s=documentaire-national&fid=146&r=palmares#a
 
Témoignage de Joanna Nowicka, membre du jury des Jeunes Européens FIPADOC 2020
En janvier, pendant six jours j’ai eu le grand plaisir de participer au FIPADOC (le Festival international de documentaires) à Biarritz et de représenter la Pologne en tant que l’une des membres du Jury des Jeunes Européens. Cette distinction est devenue une aventure unique et si forte qu’elle est difficilement descriptible.
               Premièrement, cette expérience m’a permis de développer mes compétences en français et j’ai commencé à percevoir la langue différemment. Le FIPADOC m’a permis de me plonger dans le français utilisé dans des contextes divers : des situations entre les jeunes dans le Jury jusqu’aux moments plus officiels concentrés sur des analyses du cinéma documentaire. La langue a constitué un outil des auteurs des films aidant à initier des réflexions chez les spectateurs et parallèlement un outil grâce auquel les spectateurs pouvaient partager leurs impressions autour de ces productions.
               Quant au Jury des Jeunes, j’ai été ravie de découvrir les esprits ouverts de ses membres. Chacun d’entre eux avait ses propres expériences mais ils restaient tous frais, ils ressentaient individuellement les intentions des réalisateurs des films et ils effectuaient de nouvelles observations, des observations impressionnantes. En analysant précisément son rôle au cours du Festival, le jury a essayé de voir si le message qu’il envoyait au monde correspondait à sa mission. Nous gardions une pensée libre.
               En ce qui concerne notre travail, il y avait plusieurs débriefings très intenses, basés sur le respect et, finalement, menant à l’unanimité. D’après moi, chaque personne a été écoutée avec attention et a eu le temps d’exploiter son potentiel. Ces discussions constituaient une confrontation de mon regard sur le cinéma avec ceux des jeunes provenant des cercles culturels différents. J’appréciais ces moments où je pouvais voir des réactions, des réactions parfois vraiment brusques, des membres du Jury aux projections. Il faut ajouter que nous étions traités comme un Jury professionnel : des organisateurs encourageaient notre objectivité et assuraient la discrétion de nos délibérations.
               Au niveau technique, l’organisation du Festival était très professionnelle. En même temps, le FIPADOC cultive une relation intime avec l’océan. La ville de Biarritz a enrichi l’ambiance du Festival par sa cuisine basque et son architecture balnéaire, pas dénuée de caractère royal.
               Je voudrais mentionner que les films que nous avons sélectionnés étaient vraiment variés : selon les organisateurs, ils présentaient un bouquet éclectique. Ils donnaient des réponses ou ils posaient de nouvelles questions. Dans chaque production, nous pouvions trouver des parties de nos réalités, des références universelles, même si ces films racontaient des histoires locales, controversées ou inconnues. Je suis heureuse que nous ayons finalement choisi un film qui ne juge pas les personnages présentés, qui donne la priorité à la célébration de son humanité et qui est particulièrement actuel pour la société européenne.
               Le point suivant, important pour moi : c’était une opportunité de rencontrer des professionnels qui s’occupent du cinéma depuis longtemps et qui connaissent parfaitement cette branche : des journalistes, notre marraine travaillant pour TV5Monde, la présidente du Festival et d'autres organisateurs, des réalisateurs de la Jeune Création etc. Cet échange des idées était précieux.  
               Il faut souligner que nous avons eu beaucoup d’indépendance pendant le Festival, de liberté de choix et d’expression. 
               En résumé, je pense que grâce au FIPADOC, j’ai pu accroître ma sensibilité et étendre ma compréhension à d’autres horizons. Il m’a dévoilé beaucoup de secrets de la cinématographie. Quant au Jury des Jeunes, c’est une affection à l’égard du film qui nous a liés et j’ai l’impression qu'on a créé finalement une petite communauté solidaire. Je suis reconnaissante à toutes les personnes qui m’ont donné la possibilité de réaliser ce voyage inoubliable.
 

Institut français de Pologne

VARSOVIE
ul. Widok 12
00-023 Warszawa
22 505 98 00
+ Nous écrire

CRACOVIE
ul. Stolarska 15
31-043 Kraków
12 424 53 50
+ Nous écrire

Partenaires:

Liens utiles